Colombie

Écrire des articles détaillés de chaque lieu visité n’est clairement pas une recette qui fonctionne pour moi quand je vois le retard de nouveau accumulé. Force m’est de constater que profiter du moment présent passe avant l’écriture.
Alors changement de méthode. Désormais, je vous propose de vous faire partager mes aventures essentiellement au travers de mes clichés de quelques anecdotes et d’un récit général sur mes impressions de chaque pays. Les grandes histoires croustillantes, quant à elles, se conteront cet été autour d’une bonne bouteille de rosé.

 

Voici donc un bref retour sur la suite et la fin de la Colombie où je suis restée du 10 janvier au 1er mars, soit bien plus de temps que prévu.
Et oui, la Colombie m’a étonné, agréablement surprise, et au final, énormément plu. Des imposants reliefs montagneux aux jolies villes coloniales, des plages sauvages aux stations balnéaires, des forêts humides aux vallées luxuriantes, la Colombie regorge d’une variété de jolis paysages à contempler au rythme entraînant des morceaux de reggaeton et de salsa qui raisonnent aux quatre coins du pays. Villa de Leyva, Barichara, Palomino, Salento, autant d’endroits où il fait bon s’attarder, au point, parfois, d’en perdre le fil du temps…

À cause de son passé houleux et douloureux, la Colombie se défait difficilement de son image de pays dangereux. Arrivée avec quelques appréhensions, je suis repartie avec une toute nouvelle vision de cette destination. À commencer par son peuple. Du fait de la mauvaise réputation de leur pays, certains ont à coeur de contrebalancer la tendance en montrant un autre visage :  celui d’un peuple ouvert et accueillant. Ils sont d’ailleurs heureux et fier de voir l’engouement touristique pour leur pays ressuscité. La première approche avec les colombiens est souvent timide et réservée. Mais une fois la carapace percée, on découvre en effet des gens chaleureux et serviables. De très belles rencontres parmi les plus marquantes de mon voyage se sont d’ailleurs faites dans ce pays : Sara, Soffia et sa famille, Hernán et Maria, je pense surtout à eux.

Ces deux premiers mois ont été teintés de nombreuses émotions, intenses et fortes.
Dans les négatives, le vol de mon appareil photo et de mon téléphone portable restent les plus marquants mais m’auront enseigné de bonnes leçons. J’ai appris à être plus prudente, et surtout réappris à profiter de chaque seconde de ce voyage unique, plutôt que de garder les yeux rivés sur mon whatsapp… Que cela ne vous refroidisse pas cependant car comme partout dans le monde, il y a de bonnes et de mauvaises personnes. Il faut juste être prudent.

Rassurez vous, la liste des bons souvenirs est heureusement bien plus longue.
1. Et si je devais n’en retenir qu’un, ça serait bien entendu la surprise de mon frère jumeau. Le 26 janvier, jour de nos 27 ans, Damien a débarqué à mon auberge de jeunesse m’offrant la surprise du siècle. Pas moins de cinq vols et deux jours de trajet pour me rejoindre lors de « notre » journée, que nous n’avions pas fêtée ensemble depuis trois ans. Émue aux larmes (les chutes du Niagara faisaient pâle figure à côté), j’étais loin de m’attendre à une telle preuve d’amour. Oui, je suis bien la plus chanceuse des sœurs. Daminou, pour la énième fois, merci !
2. Pour continuer dans les belles surprises, Damien et moi avons pu surprendre notre grand frère, Vinçou, lors de ses vacances en Colombie grâce à l’aide d’une fille en or, sa Julia. Nous avons ainsi pu profiter de trois belles journées de rires et de complicité, dans un luxe et un confort bien loin de notre vie de routard. Ma chère belle-soeurette, nous ne te remercierons jamais assez de ce beau cadeau que tu nous as offert à tous les trois. Ce genre de moment n’a pas de prix, et nous avons bien de la chance de t’avoir dans la famille.
3. Un vieux rêve et une autre case de cochée dans ma bucketlist : le parapente. Intense en émotions, l’impression réelle de voler, peu de mots pour décrire ce sentiment de liberté totale et nouvelle, seule (ou presque) dans le grand bleu encerclée d’un silence assourdissant et étourdissant. J’ai la joie d’ailleurs de partager cette expérience avec un très bon couple d’amis, Pauline et Max, rencontré en Nouvelle-Zélande et qui parcourt l’Amérique du sud à la découverte des meilleurs spots de parapente.
4. Je ne peux terminer ce paragraphe sans parler de mes trois compères hollandais, Chantal, Érik et Jack avec qui j’ai partagé trois drôles et belles semaines de voyage.
5. Nager dans les étoiles : une plongée dans le plancton sur les îles San Bernardo ou comment se prendre pour la fée clochette ou un super héro pendant vingt minutes. On s’est éclaté !

Et le reste de la Colombie ? C’était ça : les barbecues et soirées de Santa Marta, le cours de yoga au son du roulis de l’océan, le trek du paramo, la meilleure pizza de Colombie à Palomino, les charmantes rues de Barichara, la descente en rafting du rio Suarez, les heures de discussions avec Sara, le pain au chocolat à se damner du parc Tayrona, le café avec Enrique à villa de Leyva, la virée en jet-ski à Guatape, le paintball chez Pablo Escobar, les hamacs de Costeño Beach, la descente d’une rivière en bouée, le lit cinq étoiles de Bogota, les crêpes au dulce de leche à Jardín, le festival coloré de Baranquilla et une belle soirée endiablée dans les rues de la ville, la promenade en calèche dans les charmantes ruelles de Carthagène, etc.

Et dans l’ordre et le désordre c’était surtout tout ça :

 

La Colombie a définitivement sa place dans les must see de l’Amérique du sud alors n’hésitez plus et foncez !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s